Qu'est-ce qu'un Chapitre Provincial?

Le rôle du Prieur Provincial

 Le Prieur provincial est le supérieur d'une Province composée de couvent ayant chacun à leur tête  un prieur élu. Il décide des nominations des frères dans ces communautés. Il applique durant son mandat les grandes orientations de la Province décidées en Chapitre Provincial.

 

Les membres du Chapitre Provincial
Le Chapitre provincial est la réunion des frères qui s'assemblent pour traiter et décider ce qui concerne la vie des frères et l'administration de la Province. Il est composé des prieurs  et des délégués de chaque couvent au prorata du nombre de frères y demeurant.

Les institutions dominicaines, une spécificité dans l'Eglise
 Ce qui frappe le lecteur des Constitutions dominicaines, c’est la grande place qu’y occupent les élections : pas moins de cent articles sur six cents. Le principe de base de l'Ordre des frères prêcheurs depuis sa fondation au XIIIe siècle est celui de l'élection. On élit sans cesse et à tous les postes de gouvernement. Car  aucune élection n’est « à vie ». Aucune n’est donc définitive. Toute élection n'est valable que pour une durée déterminée : le prieur conventuel est élu pour trois ans ; le prieur provincial est élu pour quatre ans ; le maître de l’ordre est élu pour neuf ans.

Un modèle d'exercice de la démocratie ?
 La réputation de l'Ordre dominicain est marquée par un paradoxe. En effet il encourt le reproche, qui n'est que partiellement exagéré, d'avoir fourni à l'Église une bonne partie du personnel des tribunaux de l'Inquisition. En même temps, il est reconnu comme l'Ordre dont les structures expriment dès l'origine un attachement singulier aux libertés démocratiques. Les constitutions dominicaines rédigées entre 1216 et 1221 ont pu être appelées, à juste titre, une cathédrale de droit constitutionnel (Léo Moulin, Le monde vivant des religieux, Calmann-Lévy, Paris 1964, p. 114). Les premières constitutions dominicaines furent fondées sur un véritable système parlementaire et sur ce que, plus tard, on pourra appeler l'équilibre des pouvoirs législatif et exécutif. Les législations (constitutions) qui règlent la vie dominicaine, comme l'élection des supérieurs, sont le fruit d'assemblées appelées Chapitres. Ceux-ci se réunissent régulièrement.
Il est fondé sur un système de vote, de  représentativité. Dans les mentalités contemporaines, l'idée de démocratie implique  la lutte pour le pouvoir, des batailles programmées pour accaparer le pouvoir, où la publicité et tous les « coups » sont permis pour obtenir le vote des électeurs. Dans l’ordre des prêcheurs, la recherche de l'unanimité est primordiale. Certes, bien que personne ne soit candidat ni ne doive faire campagne pour être élu, des groupes peuvent se constituer qui défendent des options ou des orientations particulières. Mais une fois l’élection faite et même si le résultat ne correspond pas à ce qu’on aurait voulu, chacun doit considérer loyalement celui qui a été légitiment élu sans lui faire porter le poids de son ressentiment : l'unanimité et l'effort de tous sont alors à l'oeuvre pour faire avancer les frères.

Annonces