De cela vous êtes témoins

 

Une des dernières Homélie du Frère Élie-Pascal ÉPINOUX, op pour le 3e Dimanche de Pâques - - Homélie du Frère Élie-Pascal ÉPINOUX, op



« Jésus se tint au milieu d’eux et leur dit : " Paix à vous !" » Dans la nuit de Pâques avec les saintes femmes au tombeau nous avons entendu l’Ange nous dire : « C’est Jésus le Nazarénien que vous cherchez, le Crucifié : il est ressuscité, il n’est pas ici. » (Mc 16,6). Comme elles c’est bien Lui que nous cherchons « ce Jésus le Nazarénien qui s’est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, et que les grands prêtres ont livré pour être condamné à mort et crucifié » (Lc 24,19-20) comme l’expliquera Cléophas au mystérieux compagnon sur le chemin d’Emmaüs. Au matin de Pâques avec Pierre et le disciple que Jésus aimait devant le tombeau ouvert et le linceul vide nous avons vraiment compris qu’il n’est pas ici, qu’il n’y a plus à le chercher dans cette froide prison de pierre du tombeau, mais alors où est-il ? Et avec Marie Magdeleine nous avons demandé au mystérieux jardinier : « si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je l’enlèverai. » (Jn 20,15) « Va trouver mes frères et dis-leur : Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jn 20,17) fut sa seule réponse.


Vous cherchez Jésus le Nazarénien, le Crucifié ? Il est ressuscité, il n’est pas ici : ce n’est plus dans le mémorial de pierre inerte du tombeau que vous le trouverez, mais au milieu du mémorial vivant de ses frères qui sont l’Église. C’est là au milieu des Onze et de leurs compagnons qu’il se tient : « quand deux ou trois sont réunis en mon Nom je suis présent au milieu d’eux. » C’est là au milieu des Onze alors que les disciples revenant d’Emmaüs disent l’avoir reconnu à la fraction du pain qu’il se rend visible à leurs yeux.
Vous cherchez Jésus le Nazarénien, le Crucifié ? Il est ressuscité et c’est pourquoi nous ne le trouverons pas dans le tombeau d’une mémoire archéologique, mais au cœur de ce mémorial vivant de chaque eucharistie.
Vous cherchez Jésus le Nazarénien ? Il est ressuscité, il est vivant et présent, ici et maintenant, au milieu de la communauté des baptisés, les enfants de Dieu, ses frères que nous sommes.
Vous cherchez Jésus le Nazarénien ? Il est ressuscité et c’est sa voix vivante qui nous parle à travers celle du diacre proclamant son Évangile, sa voix qui accomplit en nous ce qu’elle dit et illumine notre intelligence.
Vous cherchez Jésus le Nazarénien ? Il est ressuscité et c’est son corps livré et glorifié que nous touchons et que nous mangeons à chaque communion.
« Voyez mes mains et mes pieds ; c’est bien moi ! Palpez-moi et rendez vous compte qu’un esprit n’a ni chair ni os comme vous voyez que j’en ai. » Avec Thomas le 8° jour nous avons entendu sa voix nous dire : « Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets la dans mon côté, et ne deviens pas incrédule mais croyant. » (Jn 20, 27)
Vous cherchez Jésus le Nazarénien, le Crucifié ? Il est ressuscité : « Jésus le Nazarénien, cet homme que Dieu a accrédité auprès de vous par les miracles, prodiges et signes qu’il a opéré au milieu de vous,, vous l’avez pris et fait mourir en le clouant à la croix par la main des impies, mais Dieu l’a ressuscité, le délivrant des affres de l’Enfer. » (Ac. 2,22-24) comme le clamera Pierre au jour de la Pentecôte. Oui le Ressuscité est vraiment celui qui a été crucifié : ses mains et ses pieds l’attestent !

Au jour de sa Croix, en son amour pour nous, sa divinité s’est abaissée jusqu’au néant de notre mort et aux affres de l’Enfer ;

Au jour de sa Résurrection, en son amour pour nous, son humanité semblable à la notre est totalement assumée dans la gloire de sa divinité ; « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait d’entre les morts le troisième jour » C’est pour cela que lui le Fils, l’Unique Engendré du Père, s’est fait l’un de nous, dans l’humilité de notre chair assumée depuis la conception dans le sein d’une femme jusqu’à la mort dans le sein de la terre, pour que nous lui soyons semblables dans la gloire de sa majesté pour l’éternité :« c’est la conversion pour la rémission des péchés proclamée en son Nom à toutes les nations »

C’est pour cela qu’il ne cesse de nous demander à chaque eucharistie : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Pour qu’à travers ce morceau de poisson grillé, symbole de notre vie quotidienne, nous ne cessions de lui faire offrande de notre humanité pécheresse pour qu’il la transforme en son humanité glorieuse ;

C’est pour cela qu’à chaque eucharistie il nous invite : « Venez déjeuner » (Jn 21,12) pour qu’à travers le pain qu’il nous donne, sacrement de sa chair ressuscitée, il ne cesse de nous donner part à sa divinité.

« de cela vous êtes, nous sommes, témoins »

Annonces